Haitian Star Magazine
Image default
Sport

Le 6è sacre attend encore

Kleberson accélère sur le côté droit sans trouver d’opposition. Il lève la tête, puis passe le ballon dans l’axe. Jeu sans ballon de Rivaldo qui met dans le vent la défense allemande. Tir de Ronaldo. Le ballon finit sa course au fond des filets (79è). La foule était euphorique. Le Brésil venait de doubler la mise. Nous sommes le 30 juin 2002, au Stade international de Yokohama. C’était la finale de la 17è édition de la Coupe du Monde de football opposant pour la toute première fois le Brésil et l’Allemagne, organisée en Corée du Sud et au Japon. Lorsque l’italien Pierluigi Collina siffla la fin du match, le Brésil remportait la compétition pour la 5è fois de son histoire. Asseyant son statut de « meilleure équipe au monde. »

Se trouver au sommet implique une chose : se battre pour y rester. Ne jamais faiblir. Donc, une fois la finale terminée, le Brésil était déjà prête pour une nouvelle mission : la quête de la sixième étoile. 4 ans plus tard, l’occasion se présentait à la Seleção. La Coupe du Monde 2006 en Allemagne.

Ronaldo, grande star du Brésil et meilleur buteur de l’édition précédente (8 réalisations), était là. Accompagné de Ronaldinho, Kaká, Roberto Carlos, Cafu et compagnie. Grand favori de la compétition, le Brésil domina le groupe F en ayant raison de la Croatie, l’Australie et le Japon. En huitièmes, le Ghana n’a pas pu arrêter les Brésiliens. Le chemin du Brésil croisa celui de la France en quarts. L’occasion de faire oublier aux fans de la Seleção la finale de 1998. Au Deutsche Bank Park, Zizou faisait le show. C’est d’ailleurs lui qui fut passeur décisif sur le but de Thierry Henry. L’unique but de la rencontre. La sixième étoile allait devoir attendre.

2010. Direction Afrique du Sud. Sous les ordres de Dunga, le Brésil était prêt pour cette nouvelle aventure. Avec de nouvelles têtes. Dont Dani Alves, Maicon, Luis Fabiano, Robinho, Ramires, pour ne citer que ceux-là. Et une fois de plus, la Seleção se retrouva en quarts. Face aux Pays-Bas. De très tôt, Robinho donna l’avantage aux siens suite à une passe en profondeur de Felipe Melo (10è). Mais Sneijder condamna les Brésiliens en inscrivant un doublé (53è, 68è). La Seleção devait encore attendre pour avoir cette sixième étoile floquée sur leur maillot.

En 2014, la Coupe du Monde était organisée au Brésil. L’occasion idéale d’offrir ce trophée aux fans. La Coupe devait rester là où elle est. Chez ceux qui ont perfectionné le football, comme dit l’expression brésilienne, « Os ingleses o inventaram, os brasileiros o aperfeiçoaram. » Croatie, Mexique, Cameroun, Chili, Colombie. Personne n’arrêtait cette équipe du Brésil. Une équipe construite autour d’un maître dribbleur appelé Neymar. Le chemin du Brésil s’arrêta pourtant en demies. L’Allemagne massacra sans pitié le pays organisateur. Müller, Klose, Kroos, Khedira et Schürrle n’ont pas fait de quartier. Victoire sur le score fleuve de 7 buts à 1. La plus large défaite de leur histoire depuis celle contre l’Uruguay (0 – 6) le 18 septembre 1920. On en parlera pendant longtemps.

En 2018, le Brésil n’eut aucun mal à s’en sortir dans son groupe. Comme lors des éditions précédentes. Ni en huitièmes contre le Mexique (2-0). C’est en quarts, contre la Belgique, que les choses se compliquèrent. Dès la 13è minute, Fernandinho marquait contre son camp en déviant de l’épaule un corner d’Eden Hazard. Kevin de Bruyne, bien servi par Lukaku, creuse l’écart (31è). La réduction du score de Renato Augusto n’a pas suffi aux Brésiliens (76è). Une revanche pour les Diables Rouges, éliminés du Mondial 2002 en huitièmes par la Seleção. Toujours pas de 6è étoile. La quête continue donc.

En 2022, le Brésil démarre la Coupe du Monde en grand favori. Qualification pour les huitièmes assurée dès la deuxième journée des phases de groupe après deux victoires. La défaite contre le Cameroun (0 – 1) n’a pas suffi pour ravir la première place aux Brésiliens. En huitièmes, les Sud Coréens ont été impuissants face à la Seleção. Victoire rassurante pour la suite (1 – 4). Mais en quarts ! Ha ! Les quarts ! Le Brésil a été éliminé aux séances de tirs au but par la Croatie (1 – 1, 2 – 4, t.a.b). Pour la cinquième fois d’affilée, la sélection aux 5 étoiles était éliminée de la Coupe du Monde par une équipe européenne. La France en 2006, les Pays-Bas en 2010, l’Allemagne en 2014, la Belgique en 2018 et la Croatie en 2022.

En attendant, cette sixième étoile dort au chaud, dans le ciel. Les Brésiliens n’ont pas encore réussi à voler assez haut pour la décrocher. Rendez-vous en 2026.

King Berdji Estiverne

Related posts

Karim Benzema, Ballon d’Or du peuple

King Berdji Estiverne

Franck Ribéry raccroche les crampons

King Berdji Estiverne

La Coupe du Monde sera retransmise en Haïti

King Berdji Estiverne
%d bloggers like this: