Haitian Star Magazine
Image default
Education

Le Ministère de la Culture et de la Communication lance un concours de critique littéraire

Le Ministère de la Culture et de la Communication lance un concours de critique littéraire

Le Ministère de la Culture et de la Communication (MCC), qui se dit soucieux de promouvoir la pratique de la critique littéraire, lance un concours de critique allant du 5 août au 5 septembre 2022.


Les conditions de participation sont les suivantes : être de nationalité haïtienne, être âgé de 17 à 25 ans, choisir l’un des ouvrages proposés, écrire une critique comprenant entre 300 et 1 000 mots en créole ou en français. Pour soumettre son travail, ou avoir plus d’informations, il convient d’écrire le MCC à [email protected]. Les intéressés sont priés d’indiquer leurs noms complets, leurs coordonnées (adresse, email, téléphone), leurs villes, leurs départements et l’ouvrage choisi sur la page de couverture de leurs textes.
Le concours de déroulera en trois phases. La première, la réception des textes et la sélection des meilleurs critiques. Lors de la deuxième, les candidats retenus auront à défendre leurs critiques par devant un jury (en ligne). Et la dernière, la publication des résultats et la remise des prix par le Ministère de la Culture et de la Communication.
Les ouvrages retenus sont les suivants : Compère Général Soleil (Jacques Stephen ALEXIS), Saisons Sauvages (Kettly MARS), Milwaukee Blues (Louis-Philippe DALEMBERT), La récolte douce des larmes (Edwidge DANTICAT), Adriana dans tous mes rêves (René DÉPESTRE), Gouverneur de la rosée (Jacques ROUMAIN), Men mwen kont ak chante koralen (Jean Claude MARTINEAU), L’odeur du café (Dany LAFERRIÈRE), Tifi (Saïka CÉUS) et Jòf (Georges CASTERA). Choisissez le livre qui vous convient et rédigez votre critique.
Les résultats seront publiés sur les comptes Instagram, Facebook et Twitter du Ministère.

Related posts

Opportunité pour les étudiants haïtiens : programmes de bourses d’études en Taiwan disponibles

Redaction

500 mille enfants ont perdu l’accès à l’éducation

King Berdji Estiverne

53 % d’écoles fonctionnent à travers le pays

King Berdji Estiverne
%d bloggers like this: