Haitian Star Magazine
Image default
Culture

Ces musiques de Wendy qui se ressemblent

Un rappeur, tout au long de sa carrière, est condamné à produire des sons capables de toucher le public pour lui permettre d’atteindre le sommet ou d’y rester. Il arrive aussi que certains sons traitent du même thème, avec juste un titre différent, un instrumental différent, dans un temps différent. Mais à bien les écouter, on se rend compte qu’ils ne sont pas si différents que ça. Que le message n’a pas changé. Voici donc pour vous 3 musiques de Wendy qui se ressemblent.

1- Lanmou chen ak chat
C’est l’histoire de deux personnes qui sont en désaccord tout le temps, qui se battent, qui se lancent des injures graves à longueur de journée. Une histoire dans laquelle la femme se fait même frapper. (Salut les féministes !) Aux yeux de tout le monde, c’est la pire relation qui existe au monde. Mais ils finissent toujours par se réconcilier, l’un dans les bras de l’autre. Et ils savent, au fond d’eux, qu’ils s’aiment à la folie, et qu’ils sont condamnés à vivre ensemble.

2- On dous on cho
Pourquoi pas « On dous on sale » ? Ou encore « On frèt on cho » ? Bref… Dans cette histoire, les amoureux (si on peut les appeler comme ça) n’arrivent pas à s’entendre deux jours de suite. Ils se détestent. Ils s’aiment. Ils se battent. Ils s’embrassent. On dirait Monsieur et Madame Smith. La maison est devenue un ring de boxe. (Muhammad Ali où es-tu ?)

3- Paka viv avè l – Paka viv san li
Dans cette relation, les gens ne savent vraiment pas où ils en sont. Ils ne savent même pas s’ils s’aiment, ou s’ils se détestent. Et ils arrivent même à se contredire. D’un côté il dit qu’il aime tout ce qu’elle fait (M renmen tout sa l fè), d’un autre il dit qu’elle lui fait plein de choses qu’il déteste. Il dit qu’il est fidèle, pourtant il la trompe (je ne parle même pas de la scène du préservatif au début de la vidéo). Ils se mentent. Ils sont conscients que c’est des paroles en l’air tout ce qu’ils se racontent, mais ils les acceptent et essaient de se convaincre que c’est la vérité. Et tout ça, ils ont osé l’appeler amour. Quelle hypocrisie ! Il paraît que c’est de l’amour « sik sik sèl, » mais ç’a plutôt l’air d’un amour « sèl sèl sik. » Ou du « sèl sèl sèl. » Tous ces désaccords et ils sont toujours ensemble.

Qu’est-ce que ces musiques ont en commun ?! Bah ! Ils vendent tous une histoire difficile, où les gens se battent, se fâchent, se quittent tout le temps, mais s’aiment. Et pour Wendy, c’est la meilleure des histoires d’amour. Pour lui, un coup de poing dans la face qui fait gicler du sang partout, c’est romantique. Une gifle, c’est romantique. Une bastonnade, c’est romantique. Un œil au beurre noir, c’est romantique. Shakespeare doit se remuer dans sa tombe en voyant tout ça.

 

Related posts

Shabba estime que les organisateurs du Sumfest donnent aux musiciens haïtiens un traitement “kokorat”

Romero Petit-Homme

Montréal va honorer la mémoire de Mikaben

King Berdji Estiverne

La famille Benjamin sort du silence

King Berdji Estiverne